Le prélèvement sanguin

1
2
3
4
5
6

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Feruza ne porte pas de gants. Gare aux piqûres !

La solution :

  • Le port du gant est inutile pour ce genre de tâche car il ne prévient pas les piqûres.
  • Porter un gant diminuera le risque de séroconversion en cas de piqûre.
  • Le port du gant ne permet pas de sentir la veine du client : il faut demeurer vigilant.

2 Tous les objets dont Feruza a besoin sont placés à sa gauche…. et elle est droitière !

La solution :

  • Placer le matériel sur le comptoir derrière le poste de travail.
  • Placer le matériel nécessaire sur un plateau que l’on dépose sur les genoux du patient.
  • Organiser le poste de travail de façon à placer le matériel du côté de la main que l’intervenante utilise pour le récupérer.

3 Des cheveux détachés, une carte d’identification qui traîne… Peut-être pas les meilleures pratiques !

La solution :

  • Garder les cheveux attachés et ne pas porter sa carte autour du cou.
  • Garder les cheveux attachés et déposer sa carte d’identification sur la table.
  • Toutes ces réponses.

4 Le contenant de récupération d’aiguilles souillées est placé derrière l’intervenante.

La solution :

  • Le contenant de récupération des aiguilles doit se trouver à proximité de l’intervenante.
  • Le contenant de récupération des aiguilles doit se trouver du côté dont l’intervenante en dispose.
  • Toutes ces réponses.

5 Des tubes sur le point de tomber, un téléphone cellulaire… Quel désordre sur la table de prélèvement!

La solution :

  • Ranger les tubes dans un support prévu à cet effet.
  • Les objets personnels n’ont pas leur place dans un environnement de prélèvement.
  • Toutes ces réponses.

6 Un biscuit et une tasse de café à proximité de l’intervenante. La nourriture n’a peut-être pas sa place dans une salle de prélèvement.

La solution :

  • Les règles d’hygiène et de prévention des infections interdisent la nourriture dans une salle de prélèvement.
  • Toujours prévoir de la nourriture supplémentaire pour les clients susceptibles de s’évanouir.
  • Dans une salle de prélèvement, il faut garder la nourriture dans un plateau prévu à cet effet.

Photo : Denis Bernier

À l’hôpital ou dans un CLSC, les centres de prélèvement sanguin voient défiler des dizaines de clients chaque jour, et les intervenants doivent respecter certaines règles pour que tout se fasse de façon sécuritaire aussi bien pour les clients que pour les intervenants. Néanmoins, pour les besoins de notre démonstration, Feruza et Tatiana ont accepté de simuler quelques imprudences et de modifier leur environnement de travail.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Le prélèvement sanguin

Bien que l’utilisation d’aiguilles sécuritaires soit la première mesure de protection à mettre en place pour prévenir les piqûres, le port de gants est obligatoire chez les travailleurs de la santé lorsqu’ils utilisent une aiguille creuse qui traverse un vaisseau sanguin. Les gants ne protègent pas des piqûres. Toutefois, lorsqu’une piqûre survient, ils diminuent le risque de séroconversion en présence de sang provenant d’un client porteur du VIH ou de maladies comme l’hépatite B ou l’hépatite C. En effet, le gant essuie une portion du sang sur l’aiguille. Une piqûre d’aiguille peut entraîner des effets importants sur la santé et exige une action immédiate.

L’intervenante doit organiser son poste de travail en plaçant son matériel du côté de la main avec laquelle elle récupère les objets dont elle a besoin. Elle évite ainsi de travailler en torsion chaque fois qu’elle va chercher un tube ou une ouate par exemple, ce qui prévient les troubles musculosquelettiques.

L’aménagement du poste de l’intervenante, qu’elle soit droitière ou gauchère, doit lui permettre d’être bien placée par rapport au bras sur lequel elle effectue le prélèvement. Le bras de la cliente repose sur un support qui lui permet de le maintenir en bonne position pour le prélèvement. De plus, l’option d’aménagement respecte les principes mentionnés précédemment. On voit également l’intervenante utiliser un garrot à clips qui élimine l’effort d’installation d’un garrot élastique.

Par ailleurs, le matériel est à portée de main. Les tubes sont rangés dans le support prévu à cet effet. Le contenant de récupération d’aiguilles souillées est facilement accessible pour l’intervenante. Il est en effet placé du côté où elle en dispose, ce qui lui évite de circuler avec une aiguille souillée à découvert dans les mains. Disposer de façon sécuritaire des aiguilles après utilisation est possible. Pour cela, il faut :

  • vérifier l’indicateur du niveau limite de remplissage du contenant et s’assurer qu’il n’est pas atteint ;
  • s’il reste de la place, jeter l’aiguille ;
  • s’assurer que l’aiguille est bien tombée à l’intérieur du contenant.

Une fois que le contenant est plein, il faut le changer sans délai. Il ne faut surtout pas tenter de forcer le contenant, car vous risquez de vous piquer.

Les objets personnels et la nourriture n’ont pas leur place dans un environnement de prélèvement. Les règles d’hygiène et de prévention des infections interdisent en effet la nourriture dans une salle de prélèvement.

Enfin, la bonne pratique de travail en soins dicte qu’une carte d’identité ne traîne pas dans le champ de travail et que les cheveux soient toujours attachés.


Nous remercions l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal ainsi que Sylvain Auger, directeur adjoint, et Josée Allard, enseignante. Nous remercions également nos figurantes : Feruza Mamutova et Tatiana Climenco.

Nos personnes-ressources : Renée Julien, conseillère à l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales, et Diane Hamelin-Bourassa, conseillère en prévention-inspection à la Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat à la CSST

Coordination : Louise Girard, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CSST


Pour en savoir plus