Les travaux électriques

1
2
3
4
5
6
7

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 L’escabeau choisi est-il vraiment approprié pour le type de tâche à effectuer?

La solution :

  • Un escabeau, c’est un escabeau! Il est où le problème!!??
  • Tout escabeau utilisé lors d’une intervention dans une installation électrique devrait être d’une hauteur maximale de 1,2 mètre.
  • Tout travail impliquant l’électricité nécessite une attention particulière aux outils et aux accessoires utilisés. Les montants de l’escabeau doivent être faits de matériaux non conducteurs.

2 Est-ce qu'Yvon a bien reçu la formation et possède-t-il les compétences nécessaires pour effectuer ce genre de tâche?

La solution :

  • Seules les personnes qualifiées peuvent procéder à des tâches de mesurage des valeurs électriques.
  • Yvon est un travailleur d’expérience, il sait ce qu’il doit faire pour cette tâche.
  • Tout travailleur ayant complété un secondaire et disposant d’expérience de travail en électricité pourra exécuter ce genre de tâche.

3 Avant d’utiliser un multimètre, il vaut mieux vérifier si sa catégorie de surtension (aussi appelée catégorie de sécurité électrique) est adéquate pour le travail à faire…

La solution :

  • Effectivement, la catégorie de sécurité est identifiée sur le multimètre. Pour en faire un bon usage, il vaut mieux s’assurer que l’appareil pourra supporter le niveau de surtension électrique du circuit à vérifier.
  • Ce type d’appareil mesure la tension, l’intensité du courant et la résistance de certains éléments d’un circuit électrique. Vaut mieux s’assurer que la bonne catégorie d’analyse est sélectionnée sur l’appareil.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

4 Une zone de sécurité ne devrait-elle pas être délimitée?

La solution :

  • En autant que la zone de sécurité est délimitée, c’est ce qui compte.
  • Pour ce type de travail, un périmètre de sécurité bien visible doit être présent. Celui-ci est établi en fonction de la tension et de l’énergie incidente d’un arc potentiel.
  • Ce n’est pas recommandé de s’adresser au travailleur durant les travaux dans une installation électrique.

5 Bague, montre, lunettes à monture métallique, tous des éléments conducteurs d’électricité ne devraient-ils pas être laissés au vestiaire?

La solution :

  • Le travailleur ne se sépare jamais de son alliance et ses lunettes sont indispensables.
  • Le travailleur se déplace souvent et il ne dispose pas de vestiaire.
  • Le travailleur qualifié doit porter les bons vêtements anti-arc et il ne doit pas porter bijoux ou accessoires métalliques.

6 Yvon travaille sous tension. Des équipements de protection individuelle sont requis.

La solution :

  • Comme ce travail n’exige que quelques minutes, le travailleur devrait porter des gants et des lunettes de sécurité.
  • Le travailleur utilise l’ensemble des équipements de protection individuelle : souliers de sécurité, passe-montagne et vêtements anti-arc, lunettes de protection, protection d’ouïe, casque et visière, gants isolants et sur gants en cuir.
  • Un travailleur d’expérience n’a pas besoin d’équipements de protection individuelle.

7 Coffre à outil, balai, pelle jonchent le sol… Est-ce un entrepôt ou une salle électrique?

La solution :

  • En tout temps, les panneaux électriques doivent être dégagés d’au moins un mètre.
  • Une mauvaise chute provoquée par des traîneries qui n’ont pas leur place dans une salle électrique est facilement évitable. Le maintien d’un espace rangé est un bon moyen de prévention.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

Photo : Denis Bernier

Un problème d’alimentation électrique est constaté dans l’édifice. Qu’à cela ne tienne, Yvon, homme à tout faire et travailleur expérimenté, se rend dans la salle électrique pour chercher la cause du problème. Pour les besoins de notre démonstration, les habituelles méthodes de travail ont été mises de côté.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Les travaux électriques

Bien que le travail sur l’installation électrique en soit un qui est réservé exclusivement aux électriciens, une personne qualifiée, c’est-à-dire une personne ayant démontré des compétences et des connaissances appropriées en ce qui a trait à la conception et à l’exploitation d’appareillages et d’installations électriques, et ayant reçu une formation en sécurité pour être en mesure de repérer et d’éviter les dangers dans ce domaine, peut procéder à des tâches de mesurage des valeurs électriques. Dans ce cas en particulier, Yvon n’est pas qualifié pour effectuer cette tâche.

Il faut toujours travailler hors tension. Cependant, s’il faut poser un diagnostic pour trouver la source d’anomalies, par exemple sur un système de ventilation défectueux, la présence de l’alimentation électrique peut être nécessaire. Par contre, les cas de dépannage sous tension doivent être planifiés si on veut les rendre sécuritaires. En particulier, l’article 188.4 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail demande d’effectuer une analyse de risques lorsque l’on ne peut procéder à un cadenassage. Pour y arriver, la norme CSA Z462-15 : Sécurité en matière d’électricité au travail demande que des analyses de choc et d’arc électrique soient effectuées pour déterminer notamment les périmètres de sécurité à ériger et les équipements de protection individuelle nécessaires. Dans le cas démontré, le travailleur doit s’équiper pour faire face à une tension de 600V et à une énergie incidente d’arc de 8 cal/cm2. Donc, il doit porter souliers de sécurité, casque, protecteurs d’ouïe, passe-montagne et vêtements anti-arc d’au moins 8 cal/cm2, lunettes de protection et visière, gants isolants en caoutchouc appropriés sur gants en cuir.

Il est à noter que les tissus qui fondent comme le spandex, le nylon et le polyester sont proscrits. De plus, il ne faut porter ni bijou ni accessoire métallique, comme montre, bagues, perçages et lunettes à monture métallique.

L’accessoire utilisé doit également être approprié à la tâche. Ainsi, l’escabeau en aluminium a été remplacé par un escabeau en fibre de verre non conducteur.

Le multimètre est un outil bien pratique qui permet de mesurer la tension (fonction voltmètre), l’intensité du courant (fonction ampèremètre) et la résistance (fonction ohmmètre) de certains éléments d’un circuit électrique. Avant de commencer à l’utiliser, il faut s’assurer de bien connaître sa cote de sécurité électrique (CAT), laquelle peut s’échelonner de I à IV. Cela ne prendra qu'une minute et pourrait éviter de sérieux dommages. Ainsi, l'appareil de vérification certifié selon une norme CAT III peut supporter des conditions de surtension supérieure à un autre certifié selon la norme CAT II.

Finalement, une salle électrique ne doit pas servir d’entrepôt. Les panneaux électriques doivent être dégagés d’au moins un mètre pour être accessibles en tout temps. Aucun objet, tissu ou matière combustible ne doit se trouver à proximité.


Pour en savoir plus

 


Nous remercions le Groupe Alfid pour son excellente collaboration. Nous remercions également nos figurants : Yvon St-Laurent, chef technicien du Groupe Alfid, et Olivier Lagacé Castonguay, compagnon électricien de l’entreprise Mécanique CMPL inc.

Collaboration spéciale : M. Simon Lévesque, responsable de la santé et la sécurité, FTQ-Construction

Nos personnes-ressources : Éric Deschênes, ingénieur et conseiller expert en prévention-inspection, et Jean-François Desmarais, ingénieur et conseiller expert en prévention-inspection, tous deux à la Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST