Le signaleur routier

1
2
3
4
5
5
6
7

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Où sont les «panneaux des signaleurs routiers»?

La solution :

  • Lorsque des travaux routiers de moindre envergure sont en cours, les panneaux des signaleurs routiers ne sont pas obligatoires.
  • Lorsque les travaux se déroulent sur une voie de circulation de moins de 50Km/heure, les signaleurs routiers peuvent utiliser un fanion ou un «panneau du signaleur routier».
  • Parmi les accessoires obligatoires du signaleur routier figure le «Panneau du signaleur» de forme octogonale avec l’inscription au recto, «Lentement» et au verso «Arrêt» ou «Stop».

2 Est-ce que le panneau de signalisation «signal avancé du signaleur routier» est conforme?

La solution :

  • Le panneau de signalisation «signal avancé du signaleur routier» doit disposer de deux drapeaux, confectionnés avec un tissu opaque de couleur orange, puisque deux voies sont fermées.
  • Le panneau de signalisation «signal avancé du signaleur routier» doit disposer de trois drapeaux, confectionnés avec un tissu opaque de couleur orange.
  • Le panneau de signalisation «signal avancé du signaleur routier» doit être jaune afin de ralentir la circulation.

3 Le panneau de signalisation «flèche oblique» indique une direction à suivre. Est-ce la signalisation la plus appropriée à cet endroit?

La solution :

  • Il ne faut pas utiliser le panneau de signalisation «flèche oblique» puisque c’est le signaleur routier qui donne les instructions.
  • La barrière doit être utilisée afin d’indiquer le début de l’aire des travaux. Le dispositif de signalisation allumé «en mode barre» peut également être ajoutée.
  • Toutes ces réponses.

4 Aucun système de communication n’assure la liaison entre les deux signaleurs. Est-ce bien prudent?

La solution :

  • Lorsque la longueur de l’aire de travail est égale ou supérieure à 25 mètres, 2 signaleurs routiers (au minimum) sont requis. Un moyen de communication est obligatoire entre les signaleurs.
  • Les signaleurs routiers utilisent un code de communication avec leurs bras et ils s’assurent d’un contact visuel.
  • Toutes ces réponses.

5 Les signaleurs routiers semblent bien distraits et ne pas assumer pleinement leur rôle…

La solution :

  • Les signaleurs routiers doivent se tenir debout face à la circulation et demeurer vigilant en tout temps.
  • Lorsque la circulation est arrêtée devant le signaleur routier, il peut prendre une pause.
  • Lorsque les véhicules sont arrêtés devant lui, le signaleur routier doit se placer dos à ceux-ci afin d’observer les automobiles circulant en direction opposée.

6 Est-ce que des dossards sont suffisants pour que les signaleurs routiers soient bien visibles?

La solution :

  • Les dossards doivent être de couleur orange fluorescent et munis de bandes rétroréfléchissantes à l’avant, à l’arrière et sur les côtés (norme CSA Z96). Un casque de sécurité jaune–vert fluorescent et des chaussures de sécurité sont aussi requis.
  • Ils doivent porter une veste et un pantalon de couleur jaune-vert fluorescent et munis de bandes rétroréfléchissantes à l’avant, à l’arrière et sur les côtés (norme CSA Z96), un casque de sécurité jaune–vert fluorescent et des chaussures de sécurité.
  • Ils doivent porter une veste et un pantalon de couleur jaune-vert fluorescent et munis de bandes rétroréfléchissantes à l’avant, à l’arrière et sur les côtés (norme CSA Z96). Des chaussures de sécurité sont aussi requises.

7 Panneaux en mauvais état, balises (ou cônes) renversées, etc. De façon générale, la tenue de ce chantier n’est pas adéquate.

La solution :

  • La mise en place d’une signalisation conforme aux plans de signalisation et conformes à la norme ainsi qu’une bonne méthode de travail permettent de prévenir les situations fâcheuses.
  • Le maintien en bon état des équipements de signalisation favorise une bonne compréhension des consignes de circulation et permet de guider sécuritairement les usagers.
  • Toutes ces réponses.

Photo : Denis Bernier

Le rôle des signaleurs routiers est d’assurer la sécurité et la fluidité de la circulation automobile aux abords des zones où des travaux routiers se déroulent. Cependant, il faut également penser à leur sécurité à eux. Dans notre démonstration, une voie de la route est fermée. La circulation doit donc se faire sur une seule voie, en alternance dans les deux sens. Deux signaleurs routiers sont en place, et ils ont accepté de jouer le jeu et de nous présenter ce qu’il ne faut surtout pas faire.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Le signaleur routier

Tout travail de signalisation sur un chantier demande une planification rigoureuse. Il faut notamment prévoir la circulation sur le chantier, réaliser des plans de signalisation ou utiliser des dessins normalisés adéquats, s’assurer d’une communication constante entre tous les intervenants sur le chantier et fournir les accessoires qui seront nécessaires. Les panneaux de signalisation sont essentiels pour guider les usagers sur les chantiers routiers et doivent respecter les normes du Tome V – Signalisation routière de la collection Normes – Ouvrages routiers du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

Le panneau de signalisation « Signal avancé du signaleur routier » doit être utilisé lorsque la circulation est effectuée en alternance dans les deux sens ou lorsque le signaleur routier ne peut être vu à une distance suffisante. Il doit toujours être surmonté de trois drapeaux, confectionnés avec un tissu opaque de couleur orange. En plus de l’installation des panneaux de signalisation, il est nécessaire d’effectuer le balisage de l’aire de travail pour la séparer de la voie de circulation. Lorsqu’une voie de circulation est fermée, notamment lors d’une circulation en alternance dans les deux directions, une barrière doit délimiter l’aire de travail en amont de l’entrave. Une flèche de signalisation peut aussi être utilisée pour indiquer la présence d’une aire de travaux sur la chaussée et pour indiquer aux usagers de la route dans quelle direction aller compte tenu de l’entrave sur le chemin. Le signaleur routier utilise le panneau du signaleur routier pour ralentir ou arrêter la circulation. Ce panneau de forme octogonale porte les inscriptions « Lentement » au recto et « Arrêt » ou « Stop » au verso. De plus, tous les panneaux doivent être en bon état.

Lorsque la longueur de l’aire de travail est égale ou supérieure à 25 mètres, un signaleur routier doit être placé à chaque extrémité. Ces deux signaleurs doivent pouvoir communiquer entre eux pour permettre une circulation sécuritaire. Ils doivent éviter les distractions comme les cellulaires et assumer pleinement leur rôle. Pour ce faire, ils doivent prendre place dans la voie fermée ou sur l’accotement et se tenir debout face à la circulation, à un endroit où ils peuvent voir les véhicules en approche. Ils doivent être visibles, et donc porter des vêtements (veste et pantalon) de couleur jaune-vert fluorescent munis de bandes réfléchissantes, conformes à la norme CSA Z96 Vêtements de sécurité à haute visibilité, ainsi que des bandes de couleur orange conformément au Tome V – Signalisation routière. Un casque de sécurité jaune-vert fluorescent et des chaussures de sécurité sont aussi requis.

Malheureusement, le signaleur routier peut avoir affaire à des automobilistes impatients. Il doit donc être vigilant pour être en parfait contrôle de la situation. Il doit à cet effet repérer une aire de protection où il peut se réfugier en cas d’urgence.

Finalement, un chantier routier doit être tenu en bon état (p. ex. : sans aucun repère visuel tombé au sol) et conforme aux normes de sécurité des travailleurs et des usagers de la route.

Nous remercions KPH Turcot, un partenariat S.E.N.C., pour son excellente collaboration, ainsi que Andrée-Anne Bégin, directrice des communications, Daniel Landry, directeur de la SST, Marc Easter, agent de santé et sécurité, Cuong Vu, ing. junior, représentant du responsable en signalisation, Riad Darwiche, directeur des opérations en maintien de la mobilité, et Sébastien Gérain, responsable des mesures d’urgence et analyste en maintien de la mobilité.

Nous remercions également nos figurants : Claudine Benoît-Denault, Mélanie Therrien, Christian Riopel, Michel Derose et Rafael Céballos de Signalisation de Montréal inc.

Nos personnes-ressources : Sorina Rachiteanu, ingénieure en prévention-inspection à la CNESST, ainsi que Sophie-Emmanuelle Robert, ingénieure responsable de la qualité et des activités connexes, et Antoine Farhat, ingénieur junior auditeur et responsable des non-conformités, tous deux du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST.


Pour en savoir plus