Les travaux de soudage

1
2
3
4
5
6
7
8

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Dominic porte un trousseau de clés attaché à une chaîne à son vêtement de travail. Une bien mauvaise idée en présence du courant électrique.

La solution :

  • Les chaines avec des clés sont interdites dans un atelier de soudage.
  • Les montres, les bracelets, les chaînes portes clés et les ceintures avec boucles métalliques doivent demeurer au vestiaire.
  • Les cordons de cuir pour les trousseau de clés sont recommandés en présence du courant électrique.

2 Il n’y a qu’un écran, qui est en bien mauvais état, pour protéger son collègue Sylvio des rayons UV. De plus, Dominic utilise sa main pour limiter l’exposition de ses yeux aux rayonnements.

La solution :

  • L’utilisation d’un écran protégera les yeux de Sylvio contre les rayons UV du bruit. Quant à Dominic, un masque disposant de verre filtrant fait partie des équipements requis.
  • Lorsque de courtes tâches sont requises pour l’assemblage des pièces, les rayons UV ne sont pas dangereux ni pour Sylvio et ni pour Dominic.
  • Un panneau de bois de contre-plaqué, recouvert d’un protecteur bleu opaque, serait plus prudent.

3 Le câble d’alimentation est abimé. Dominic peut-il souder sans danger?

La solution :

  • Lorsque le câble d’alimentation est abimé mais que les fils métalliques transportant l’électricité ne sont pas visibles, les risques électriques sont inexistants.
  • Le câble d’alimentation et la gaine isolante supplémentaire doivent être en bon état afin d’éviter les risques d’électrisation ou d’électrocution.
  • Lorsque le câble d’alimentation est brisé, le ruban adhésif isolant en vinyle permet d’effectuer une réparation en toute sécurité.

4 Toute cette fumée qui sort du pistolet est-elle normale?

La solution :

  • Les paramètres du procédé de soudage de la machine doivent être optimisés afin de réduire les fumées de soudage.
  • Les fumées de soudages résiduelles doivent être captées à la source par un système de ventilation locale par extraction.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

5 Que fait ce contenant de solvant ouvert sur un poste de soudage?

La solution :

  • Le contenant de solvant doit être placé sur la table à l’écart des étincelles.
  • Le poste de travail doit être exempt de tout liquide inflammable.
  • La solution du solvant ne doit pas dépasser 35 mg par 100 litres.

6 La pince du câble de continuité des masses, sur la barre de métal, ne semble pas à sa place.

La solution :

  • Pour éviter le passage du courant électrique vers le soudeur, le câble de continuité des masses du poste de soudage doit être relié au réseau de mise à la terre du bâtiment.
  • Sur des petits projets, la mise à la terre n’est pas requise.
  • La pince du câble de continuité des masses doit être verticale, du haut vers le bas, afin d’assurer le maximum de protection.

7 Dominic ne porte pas de vêtements de protection et ses équipements de protection individuelle sont inadéquats.

La solution :

  • Les bottes, les vêtements, les gants adéquats sont des équipements de protection pour la sécurité du soudeur contre les projections de métal en fusion et les étincelles.
  • Les effets nuisibles des rayons UV pour l’organisme sont élevés. Dominic doit aussi protéger sa peau et ses yeux.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

8 Dominic semble avoir du mal à trouver un espace pour poser ses pieds au milieu de toutes ces pièces de métal qui jonchent le sol.

La solution :

  • Seules les pièces nécessaires pourront demeurer à proximité de Dominic.
  • Un plancher propre et dégagé permettra d’éviter des incidents et des accidents bêtes.
  • Dans un atelier de soudage, il faut regarder où l’on met les pieds.

Photo : Denis Bernier

Dominic assemble les pièces d’un foyer extérieur. Il a pris du retard dans son travail, il lui reste plusieurs pièces à souder et il veut faire vite. Pour les besoins de notre démonstration, il a pris quelques raccourcis et a mis ses bonnes méthodes de travail de côté.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Les travaux de soudage

Les procédés de soudage sont multiples et ils peuvent comporter des risques de brûlure, d’électrisation, voire d’électrocution, et d’inhalation de gaz toxique. Il faut s’en protéger en appliquant la hiérarchie des moyens de prévention, en débutant par l’élimination du danger à la source jusqu’au port des équipements de protection individuelle.

Durant le soudage, le métal en fusion génère de la fumée. Par ailleurs, la plupart des procédés de soudage utilisent un gaz de protection (gaz inerte) pour protéger le métal en fusion pendant le soudage. La production de ces fumées, gaz et autres contaminants provenant du soudage dépend des paramètres de soudage, comme le voltage, l’intensité du courant et la vitesse d’avancement du fil de métal. En ajustant ces paramètres, il est possible de réduire l’émission de fumée, tout en ayant suffisamment de gaz pour protéger le métal en fusion. Mais comme il n’est pas possible d’éliminer complètement les fumées et les contaminants par les réglages, ils doivent être captés à la source par un système de ventilation locale par extraction des fumées. Celui-ci peut-être combiné au pistolet de soudage, qui comporte des trous sur le côté pour aspirer les fumées et les contaminants. Il peut aussi être indépendant du pistolet de soudage ; dans ce cas, le soudeur doit travailler à proximité d’une bouche d’aspiration. Si les valeurs d’exposition des contaminants sont dépassées, il faut porter une protection respiratoire appropriée en complément des moyens de prévention.

Le fil de soudure étant chauffé au moyen d’un courant électrique, l’opération de soudage comporte des risques électriques. La gaine isolante du pistolet et du câble d’alimentation doit être en bon état pour empêcher le passage du courant vers le travailleur. Pour éviter de favoriser un passage du courant du poste de soudage au soudeur, une mise à la terre ou à la masse doit permettre de relier le poste de soudage au réseau de mise à la terre du bâtiment. Le câble doit être directement relié à la pièce métallique par une pince. Le travailleur ne doit pas porter sur lui d’objets métalliques, comme des clés ou un bracelet, qui pourraient augmenter la conductivité et faire concurrence à la mise à la terre.

Pour se protéger des projections d’étincelles et de métal en fusion, le travailleur doit se couvrir intégralement, des pieds à la tête, y compris les mains. Il arrive que pour des opérations ponctuelles de soudage comme la pose de points de soudure, le travailleur néglige de baisser la visière de son masque ou de mettre son gant. Cette pratique n’est évidemment pas sécuritaire, car la main et le visage sont exposés aux projections. Pour protéger adéquatement le travailleur, les vêtements doivent être faits d’un matériau qui ne s’embrase pas, qui ne retient pas le métal en fusion et qui ne se perce pas sous l’effet de la chaleur. Il doit être fermé au cou, aux poignets et aux chevilles pour empêcher le passage du métal en fusion. Il ne doit pas présenter de revers, et les poches qui pourraient recueillir les étincelles et le métal en fusion doivent être cousues de telle façon que les projections ne puissent pas s’accumuler. La norme ISO 11611 :2015, Vêtements de protection utilisés pendant le soudage et les techniques connexes, fournit de précieuses recommandations sur les performances requises et sur la conception de ces vêtements de protection. LaCNESST publiera un guide sur ces vêtements à l’automne 2018. Les chaussures doivent être lacées jusqu’en haut, en plus de comporter des coutures inversées et une bavette extérieure qui couvre tout le dessus du pied.

Les étincelles et le métal en fusion ne risquent pas seulement de brûler le travailleur. En tombant sur une substance inflammable, ils peuvent déclencher un feu. Le poste de travail doit donc être exempt de tout liquide inflammable. De plus, lorsqu’un produit dangereux est présent dans l’environnement de travail, celui-ci doit porter une étiquette adéquate et disposer d’une fiche de données de sécurité qui peut être consultée par les travailleurs. Les étincelles constituent une source d’énergie susceptible d’enflammer les vapeurs des produits inflammables et les matières combustibles. Les poussières, ou poudres combustibles, dispersées dans l’air peuvent aussi s’enflammer au contact d’étincelles. Ces produits doivent être entreposés à l’écart ou éliminés.

Le masque que porte le travailleur le protège des projections, mais aussi des rayons UV générés par l’arc électrique, qui peuvent endommager la cornée de l’oeil. Les collègues travaillant à proximité sont indirectement exposés aux rayons UV et pour les protéger, des écrans doivent s’intercaler entre eux et le poste de soudage. Enfin, comme dans tout milieu de travail, le plancher doit être dégagé.

 

Nous remercions le Centre de formation professionnelle de Québec pour son excellente collaboration. Nous remercions également nos figurants Dominic Baronet Sylvio Nolet, tous deux enseignants.

Nos personnes-ressources : Hassan Zarmoune, inspecteur-expert à la DRMPI ; Sèdoté Ghislain Hounkpe, ing., conseiller expert en prévention-inspection ; Lucie Huberdeau, conseillère experte en prévention-inspection, et Mohamad-AliDaoui, conseiller en prévention-inspection, tous de la Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST

Collaboratrice : Caroline Godin, ing., Association sectorielle paritaire, secteurs métal, électrique, habillement et imprimerie (MultiPrévention)

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST