Cancérogénicité par inhalation du dioxyde de titane

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a proposé que le dioxyde de titane, pour toutes ses phases cristallines et ses combinaisons de phases, de tailles et de morphologies de particules, soit classé substance cancérogène de catégorie 1B par inhalation dans le règlement CLP (CE nº 1272/2008 du Parlement européen relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances chimiques et des mélanges). Le dioxyde de titane, utilisé sous forme micrométrique pour la production de pigments ou de poudre nanométrique depuis les années 1990, est présent dans des produits cosmétiques et alimentaires ainsi que dans le secteur de la construction. Cette proposition a été soumise à une consultation publique le 31 mai 2016. Par la suite, le Comité d’évaluation des risques de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) émettra un avis pour que la Commission européenne décide de l’inclusion de la classification proposée par l’Anses dans le règlement CLP.

Sources : Journal de l’environnement, Mise en consultation publique de la proposition de l’Anses