Une technologie prometteuse pour évaluer l’exposition aux aérosols de MDI

Des scientifiques ont adapté le dispositif CIP10M pour que l’échantillonnage des aérosols de MDI (diisocyanate-4,4’ de diphénylméthane) se fasse de façon plus efficace et conviviale que le prélèvement avec les systèmes par filtre, qui sousestiment l’exposition, tandis que les méthodes employant des barboteurs présentent beaucoup de limites pratiques. Ce dispositif utilise un capteur individuel de particules avec la configuration microbiologique (CIP10M) dont le milieu capteur aqueux a été remplacé par un cosolvant non volatil dans lequel un agent de dérivation a été introduit.

Par la suite, les scientifiques ont comparé les résultats d’échantillonnages obtenus avec le CIP10M, le barboteur et l’ASSETMD EZ4-NCO dans un environnement réel contenant des aérosols de MDI générés par la pulvérisation de mousse polyuréthane. Les tests d’échantillonnage ont alors démontré que la technologie CIP10M est prometteuse pour les hygiénistes du travail qui veulent évaluer l’exposition au MDI lorsque des travailleurs pulvérisent des mousses isolantes contenant cette substance, reconnue pour être un agent sensibilisant pouvant provoquer l’asthme professionnel.

Développement d’un nouveau dispositif d’échantillonnage des aérosols de diisocyanate- 4,4’ de diphénylméthane (MDI) utilisé lors de la pulvérisation de mousse isolante • Auteurs : Silvia Puscasu, Simon Aubin, Yves Cloutier, Philippe Sarazin, Huu Van Tra, Sébastien Gagné • Rapport R-924 • irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100885/n/dispositif-echantillonnage-aerosols-diisocyanate-mdi

Pour entendre une synthèse des résultats : irsst.qc.ca/publications-et-outils/video/i/100312/n/dispositif-echantillonnage-prelever-aerosols-mdi