Le travail de nuit : risques nutritionnels

Le travail de nuit ou avec un horaire atypique aurait des effets néfastes sur la santé, selon un rapport d’expertise récent de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments. En effet, ces derniers seraient plus enclins à souffrir du diabète de type 2, du syndrome métabolique, de l’obésité et de la prise de poids. Ces travailleurs sont davantage concernés par le « risque nutritionnel », puisque l’activité nocturne augmente l’appétit et l’envie d’aliments sucrés et gras. Ce type de nourriture doit pourtant être consommé avec modération, car la digestion est ralentie la nuit. Également, le travail de nuit limite les possibilités de pratiquer des activités sportives. Certaines recommandations s’appliquent, dont garder le schéma de trois repas et d’une collation par 24 heures, en plus d’éviter de grignoter ou de sauter des repas.