Coincement mortel

Que s’est-il passé?

Le 30 juillet 2013, en fin de journée, l’équipe de nettoyage d’une usine d’abattage de veaux et d’agneaux vient de se mettre au travail. En effet, à la fin de chaque journée, lorsque l’abattage des bêtes est terminé, un contremaître et une équipe de quatre travailleurs effectuent les opérations de nettoyage et d’assainissement de tout l’environnement de travail. Vers la fin du quart de travail, le contremaître nettoie la boîte d’assommage avec un boyau d’arrosage à pression. Pour bien nettoyer et inspecter l’intérieur de la boîte, il ajuste l’ouverture entre le bâti de la machine et la porte du carcan servant à stabiliser la tête de l’animal et se glisse derrière la porte. Il s’introduit ainsi dans une zone de coincement. La machine n’est ni débranchée, ni cadenassée. Le mouvement de fermeture de la porte du carcan fonctionne à l’aide d’un cylindre hydraulique qui exerce une force de 2 046 newtons et se fait en moins d’une seconde. Cette porte est commandée par un dispositif situé à environ 10 cm de la zone de coincement. Vers 23 h, le contremaître actionne accidentellement le dispositif de commande de la porte, qui se referme sur lui. Ses collègues le trouvent coincé au niveau du torse entre la porte et le bâti de la machine.

 

Les secouristes interviennent rapidement et le contremaître de 33 ans est transporté à l’hôpital. Malheureusement, il décèdera dans les heures suivantes…

Qu’aurait-il fallu faire?

Le dispositif de commande permettant de manœuvrer les portes est placé à une distance telle de la zone balayée qu’il est possible d’actionner involontairement ce dernier alors que le corps de l’opérateur est exposé à un choc ou à un écrasement, contrairement à ce que prévoit la norme NF U66-053053 – Équipements pour les abattoirs, boxes d’abattage, prescriptions relatives à la sécurité et à l’hygiène.

L’article 185 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail stipule qu’avant d’entreprendre tout travail de maintenance, de réparation ou de déblocage dans la zone dangereuse d’une machine, chaque personne exposée au danger doit cadenasser toutes les sources d’énergie de la machine, de manière à éviter toute mise en marche accidentelle de la machine pendant la durée des travaux. Ainsi, la mise hors tension de la boîte d’assommage lors du nettoyage aurait permis d’éviter un tel accident.

Les travailleurs qui doivent effectuer des travaux de maintenance sur des machines possédant des zones de coincement doivent posséder les connaissances et les habiletés pour le faire en toute sécurité. De plus, l’employeur doit donner une orientation et des directives claires et précises reliées à un programme de cadenassage ainsi qu’une formation complète concernant les procédures sécuritaires.

Nos personnes-ressources : Pierre Privé, coordonnateur aux enquêtes; Sophie-Emmanuelle Robert, conseillère experte en prévention-inspection, tous deux de la Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CSST

Pour en savoir plus

Lien vers le rapport d’enquête : www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004004.pdf