Jet d'eau meurtrier

Illustration: Ronald DuRepos
Illustration: Ronald DuRepos

Un jet d’eau sous haute pression atteint un travailleur à l’abdomen, lui infligeant des blessures mortelles.

Que s’est-il passé ?

Le 19 mai 2015, à 5 h, les employés d’une entreprise spécialisée en nettoyage industriel commencent leur journée de travail chez un client. Vers 8 h 15, les travaux de nettoyage des conduites du ventilateur de l’épurateur du côté sud d’un four de réduction débutent. Des jets d’eau sont projetés sur la paroi intérieure de la conduite qui sert à évacuer et à brûler le surplus de monoxyde de carbone pour y déloger les résidus accumulés. Après le nettoyage de deux conduites, vers 9 h 15, les travailleurs remplacent les boyaux d’eau sous haute pression et refont l’installation des équipements requis afin d’utiliser un furet autopropulsif dans la conduite verticale de ce même four de réduction. Le furet est un boyau dont l’extrémité comporte plusieurs buses qui produisent des jets propulsifs. Un opérateur dirige le boyau dans l’ouverture de la conduite tandis qu’un aide-opérateur est assigné à la manoeuvre d’une pédale à action maintenue qui permet la circulation de l’eau sous haute pression. De plus, pendant les travaux, un aide-opérateur de camion aspirateur maintient l’embout d’un tuyau d’aspiration dans l’ouverture de la conduite pour de récupérer l’eau et les saletés générées par le nettoyage. Quinze minutes plus tard, l’opérateur ressent une fatigue aux épaules et s’étire le bras en direction de l’aide-opérateur. Ce dernier croit qu’un signe d’arrêt lui est signifié, lâche la pression sur la pédale de commande, et le furet commence sa chute libre dans la conduite verticale. L’opérateur crie alors à l’aide-opérateur d’appuyer à nouveau sur la pédale pour redémarrer le nettoyage. L’embout du furet ressort par l’ouverture d’accès de la conduite et un jet d’eau sous haute pression atteint l’aideopérateur du camion aspirateur à l’abdomen. Il est conduit en ambulance dans un centre hospitalier, où son décès est constaté.

Qu’aurait-il fallu faire ?

Les employeurs doivent mettre en place des mesures de prévention pour éliminer les dangers d’éjection du furet lors du nettoyage au jet d’eau sous haute pression d’une conduite. D’abord, il faut s’assurer que le furet ne peut se renverser dans la conduite. La longueur du tube rigide de ce dernier doit au minimum correspondre au diamètre de la conduite. Un dispositif de retenue doit être mis en place pour éviter l’éjection du furet par l’ouverture d’accès de la conduite à nettoyer. Il existe plusieurs modèles de dispositifs. Pour choisir le bon, une analyse de risques est requise avant le début des travaux. Il faut prendre en compte la possibilité que le furet ressorte par l’aire non couverte du dispositif de retenue et qu’un jet d’eau puisse sortir par l’ouverture. De plus, il doit résister aux forces auxquelles il est soumis. En ce qui concerne une conduite verticale avec une ouverture vers le bas, le guide prévoit des accessoires tels qu’un écran déflecteur ou un dispositif de retenue complet dans le but d’éviter l’éjection du furet par l’air non couverte. Toutefois, dans ce cas-ci, c’est l’extrémité du furet, composé de buses, qui s’est présentée en premier dans l’ouverture de la conduite. Des accessoires tels qu’un dispositif de retenue complet ou un écran déflecteur évitent l’éjection du furet dans ces circonstances, et ce, malgré une communication déficiente entre l’opérateur et l’aide-opérateur.

Nos personnes-ressources :
Pierre Privé, coordonnateur aux enquêtes, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST, et Maxime Archambault, ergonome et inspecteur à la Direction régionale de la Yamaska



Le Centre de documentation vous recommande