Hommes et femmes sont-ils égaux face à l'exposition aux contaminants ?

Peu d'études se sont penchées sur l'existence de variations de l'effet de l'exposition à des contaminants chimiques ou physiques chez les hommes et les femmes. Un rapport sur le fruit des travaux d'une équipe composée de chercheurs de l'IRSST et de l'Université de Montréal apporte un éclairage sur cette question.

Pour l'aborder, les coauteurs du rapport Expositions professionnelles à des contaminants chimiques et physiques – Analyse différenciée selon le sexe, que l'IRSST a publié, ont utilisé les résultats provenant de deux études épidémiologiques effectuées à Montréal à la fin des années 1990. Des interviews avaient alors été menées auprès de personnes atteintes ou non d'un cancer du poumon ou du sein, afin de dresser une liste des contaminants auxquels elles avaient été exposées tout au long de leur vie professionnelle.

Une matrice emplois-expositions

Une subvention que l'Institut de recherche de la Société canadienne du cancer et le Fonds de recherche en santé du Québec ont accordée à l'Université de Montréal, a favorisé la réalisation d'une matrice emplois-expositions qui permet aujourd'hui d'analyser en profondeur les données recueillies à l'époque. Pour visualiser cette matrice, imaginons un graphique dont le premier axe donnerait les titres de l'emploi et le second, les substances auxquelles les personnes qui l'exercent ont pu être exposées.

L'analyse s'est effectivement concentrée non pas sur les personnes, mais sur les emplois et le secteur d'activité où ils s'étaient exercés. « Selon qu'une personne est concierge dans un bureau ou un hôpital, par exemple, les risques d'exposition sont différents, note France Labrèche. Les tâches associées à un emploi peuvent cependant varier dans un même secteur d'activité et, par conséquent, les risques d'exposition. Ainsi, dans un hôpital, les hommes seront généralement affectés à l'entretien des planchers, souvent avec une machine, alors que les femmes laveront les toilettes. Ils ont tous deux le même titre d'emploi, mais leurs tâches sont différentes et leurs expositions le sont également. »

Même observation pour le métier de soudeur. Les hommes travailleront plus souvent avec des machines à souder, dans des environnements très poussiéreux. Les femmes seront plus nombreuses à travailler en électronique à des tâches exigeant minutie et précision. « Comme la fabrication de composants électroniques requiert un milieu de travail très propre, les femmes seront exposées à une moins grande quantité de poussières. En revanche, elles risquent de travailler avec des métaux nouveaux pour lesquels nous disposons de moins d'information sur les effets à long terme. »

Exposition semblable

De manière générale, les emplois occupés par des hommes étaient près de deux fois plus exposés à des contaminants (30 %) que ceux des femmes (16 %). Les hommes étaient souvent exposés aux gaz d'échappement de véhicules à moteur, aux coupes pétrolières, aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, aux poussières de matériaux de construction et aux poussières d'abrasifs. Dans le cas des femmes, il s'agissait principalement de poussières de tissus et de fibres textiles ainsi que d'aldéhydes aliphatiques, qu'on trouve entre autres dans les produits de nettoyage. Cependant, lorsque les hommes et les femmes accomplissaient exactement les mêmes tâches d'un même emploi et dans une même sphère d'activité, leurs expositions étaient similaires.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de différence dans les effets sur la santé, précise France Labrèche. « Les femmes sont généralement plus petites que les hommes, leur pourcentage de graisse est plus élevé et leur profil hormonal est différent. Par conséquent, la façon dont leur corps métabolise les contaminants peut varier. »

Proportion des emplois exposés
HommesFemmes

Agent

%

Agent

%

Liquides organiques volatils

30,1

Liquides organiques volatils

16,9

HAP1 de toutes sources

26,4

Nettoyants

15,3

Émissions de moteur (avec plomb)

23,6

 

Aldéhydes aliphatiques

13,5

Oxyde de carbone (CO)

23,2

Solvants organiques

13,0

Alcanes (C5-C17)

22,0

Formaldéhyde

11,7

Solvants organiques

20,9

Fibres textiles traitées

11,5

HAP provenant du pétrole

20,3

Oxyde de carbone (CO)

10,9

Alcanes (C18 +)

17,7

Biocides

10,3

Émissions de moteurs diesels

17,4

Alcools aliphatiques

10,2

Hydrocarbures aromatiques monocycliques

14,5

Poussières de coton

9,7

 

Proportion des emplois répertoriés
HommesFemmes
Emploi%Emploi%

Camionneurs

4,9

Secrétaires et sténographes

11,1

Manœuvres, manutention- naires

2,6

Piqueurs de tissus à la machine

7,8

Concierges, services domestiques, nettoyage

2,5

Travailleurs spécialisés, aliments et boissons

5,1

Manœuvres du bâtiment

2,2

Commis en comptabilité

5,1

Mécaniciens, réparateurs de véhicules automobiles

2,0

Employés de bureau

3,9

Cadres administratifs, travailleurs assimilés

1,8

Enseignantes à la maternelle et au primaire

2,8

Chefs, vente de biens de consommation

1,7

Réception- nistes et hôtesses d'accueil

2,5

Charpentiers, travailleurs assimilés

1,6

Vendeurs, commis-ven- deurs de biens de consomma- tion, n.c.a.1

2,5

Gardiens, agents de sécurité

1,5

Caissiers

2,4

Autres travailleurs du bâtiment

1,5

Aides-infirmières et préposées

2,4

À qui servira cette étude ?

Même si l'étude vise davantage à sensibiliser les chercheurs à l'importance de tenir compte du genre des travailleurs et des tâches qui leur sont confiées lorsqu'ils élaborent ou utilisent des matrices emplois-expositions, les conclusions du rapport peuvent aussi être utiles aux intervenants qui prennent des mesures sur le terrain.

En annexe au rapport, les auteurs présentent les principaux emplois et les sphères d'activité ayant servi à leur analyse des différences d'exposition entre hommes et femmes. On y trouve une longue liste, allant de l'ouvrier agricole à la secrétaire de direction, en passant par les vendeurs-livreurs, les emballeurs, les enseignants et les préposés aux soins personnels.

Une autre annexe du rapport synthétise la proportion d'exposition aux 243 contaminants chimiques et physiques étudiés pour l'ensemble des emplois occupés par les hommes ou par les femmes.

Pour en savoir plus

LABRÈCHE, France, Aude LACOURT, Jérôme LAVOUÉ. Exposition professionnelle à des contaminants chimiques et physiques : Analyse différenciée selon le sexe, Rapport R-842, 83 pages.

www.irsst.qc.ca/-publication-irsst-expositions-contaminants-chimiques-r-842.html

Conférence de France Labrèche sur le sujet :

http://www.irsst.qc.ca/-webtv-expositions-professionnelles-differences-sexe.html