Stages en entreprise : Les premiers critères de conception d’un outil d’évaluation des risques

Stages en entreprise
Les auteures se sont plus particulièrement intéressées à la prévention des lésions pendant les stages et au soutien des enseignants-superviseurs qui accompagnent les élèves dans leur insertion en milieu de travail. Photo:IStock

Les élèves qui éprouvent des difficultés d’apprentissage ou d’adaptation représentent de 15 % de la population générale. Lorsqu’ils migrent vers le marché du travail, ils sont plus à risque de lésions professionnelles que les autres jeunes travailleurs, d’où l’importance de les sensibiliser à la prévention pendant les stages en entreprise qui leur sont offerts tout au long du Parcours de formation axée sur l’emploi (PFAE), un programme conçu pour eux.

Lorsqu’un élève effectue un stage non rémunéré, il est considéré non pas comme un travailleur de l’entreprise, mais comme un employé de l’établissement qu’il fréquente ou de la commission scolaire dont celui-ci fait partie. C’est donc à l’établissement, par l’entremise de ses enseignants, que revient la responsabilité de bien choisir les milieux de stages, en évitant d’exposer ses élèves à des risques pour leur santé et leur sécurité. Or, la formation universitaire des enseignants ne les prépare pas nécessairement à évaluer de tels risques. Conscients de leur connaissance parfois limitée en la matière, ces enseignants ont manifesté le besoin d’avoir accès à un outil concret qui les guiderait dans cette tâche, d’autant plus difficile que leurs élèves sont appelés à travailler dans des milieux très diversifiés. Une équipe s’est penchée sur cette question en vue d’établir des balises pour concevoir cet outil.

« La plupart des enseignants disposent de peu de temps pour réaliser leurs visites de supervision ; par ailleurs, ils semblent réticents à interpeller les entreprises au sujet de la prévention, d’abord parce qu’ils estiment avoir des connaissances limitées en matière de SST, mais aussi parce qu’ils craignent que ce sujet décourage des employeurs d’accepter leurs élèves, compte tenu de la rareté des milieux de stages. » Ce sont les premiers constats que tire Marie Laberge, professeure et chercheuse à l’École de réadaptation de la faculté de médecine de l’Université de Montréal, coauteure du rapport intitulé Élaboration des critères de conception d’un outil d’aide à l’évaluation des risques pour la SST par les enseignants-superviseurs de stage du Parcours de formation axée sur l’emploi

Préparer au marché du travail

« Le nombre de déclarations de lésions professionnelles par les jeunes travailleurs a beaucoup diminué au cours de la dernière décennie, mais ceux qui éprouvent des difficultés d’apprentissage ou d’adaptation demeurent encore vulnérables, explique la chercheuse. En effet, ces jeunes occupent généralement des métiers manuels, ont peu d’expérience et éprouvent parfois des difficultés de compréhension particulières qui peuvent les fragiliser dans l’apprentissage d’un métier. »

stage jeune
Notre étude avait pour objectif d’explorer la possibilité de développer un outil d’aide à l’évaluation des risques pour la SST compatible avec les besoins des enseignants, en tenant compte des contextes de travail variés » — Marie Laberge. Photo:IStock

Le PFAE a été conçu pour cette clientèle il y a une dizaine d’années. Il vise à préparer les élèves à intégrer le marché de l’emploi en privilégiant l’alternance travail et études, ainsi que des stages en entreprise comme modalité d’apprentissage. L’enseignant accompagne l’élève dans le choix d’un métier qui correspond à ses intérêts et ses capacités, lui trouve un milieu de stage et négocie une entente avec l’entreprise. « Notre étude avait pour objectif d’explorer la possibilité de développer, précisément pour ces enseignants, un outil d’aide à l’évaluation des risques pour la SST compatible avec leurs besoins, tout en tenant compte des contextes de travail variés », explique Marie Laberge.

Un rôle central

Les directions des établissements, par l’intermédiaire de leurs enseignants, jouent donc un rôle central en matière de sensibilisation à l’importance d’éviter les risques et contribuent à développer le réflexe de la prévention qui servira aux élèves toute leur vie durant.

Le rapport de recherche alimente cette réflexion ; les auteures se sont plus particulièrement intéressées à la prévention des lésions pendant les stages et au soutien des enseignants-superviseurs qui accompagnent les élèves dans leur insertion en milieu de travail. Il s’appuie sur des observations réalisées auprès de neuf enseignants lors de leurs visites de supervision en entreprise, sur des entretiens collectifs avec dix-sept enseignants ainsi que sur des entretiens individuels avec cinq employeurs qui reçoivent des jeunes en stage.

stage jeune risques
Photo:IStock

Les chercheuses ont également répertorié des outils d’évaluation des risques pour la SST destinés à l’usage de non spécialistes, accessibles sur les sites Web d’organismes de prévention, canadiens et européens notamment. Ces outils ne sont toutefois pas adaptés aux besoins particuliers des enseignants du PFAE. « Aucun n’a été conçu spécifiquement pour les aider à identifier des risques en milieu de stage, observe Marie Laberge, tant dans la démarche pour faire une évaluation de ces risques que dans le contenu des évaluations en milieux très diversifiés. »

Plus qu’une liste à cocher

La création d’un tel outil ne va pas de soi. L’évaluation des risques dans une installation exige davantage qu’une simple liste à cocher. C’est d’autant plus complexe que les enseignants-superviseurs couvrent des stages dans une multitude de métiers qui présentent tous des facteurs de risque différents, alors qu’ils ne sont pas des spécialistes de la SST. L’outil doit donc tenir compte de ces éléments et être adapté à la réalité des enseignants pour qu’ils soient en mesure de faire des évaluations de qualité.

Selon les auteures, le guide aurait une double utilité :

  1. faciliter l’identification des types de risques pour la SST à intégrer dans la formation des élèves et auprès des entreprises.
  2. aider à la prise de décision quant au choix des milieux de stages et à l’intensité de la supervision.

Le rapport Élaboration des critères de conception d’un outil d’aide à l’évaluation des risques pour la SST par les enseignants-superviseurs de stage du Parcours de formation axée sur l’emploi comporte plusieurs tableaux qui mettent en lumière divers critères dont devront tenir compte les créateurs de l’outil tant attendu. En s’appuyant sur les recommandations de ce rapport, les chercheuses espèrent poursuivre leurs travaux et concevoir cet outil. « Dans une perspective plus large, les résultats de notre recherche suggèrent d’autres pistes de développement, conclut Marie Laberge. En particulier, il serait intéressant d’élaborer du contenu de formation et du matériel didactique destiné à aider les enseignants-superviseurs à enrichir leurs connaissances et leurs compétences pour agir en matière de prévention. »