La maladie de Lyme – Un nouveau risque pour les travailleurs québécois

Photo : istock.com/Kerstin Waurick (2012)
Photo : istock.com/Kerstin Waurick (2012)

La maladie de Lyme se transmet par la piqûre d’une tique à pattes noires infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Présente aux États-Unis depuis plus de 30 ans, elle s’est récemment répandue dans certaines régions des Maritimes, de l’Ontario et du Québec.

Afin de trouver un hôte pour se nourrir, les tiques à pattes noires, très petites, vivent dans les forêts, les boisés, les hautes herbes et les broussailles. Elles choisissent généralement de se loger sur des animaux sauvages, mais les animaux domestiques ou d’élevage ainsi que les humains sont aussi des choix intéressants. Leurs piqûres ne sont pas douloureuses. Tous les travailleurs pratiquant des métiers comportant des tâches extérieures, par exemple les horticulteurs, les agriculteurs, les travailleurs forestiers, des parcs ou de la voirie, les agents de la faune et les naturalistes présentent un risque de contact avec des tiques si la température extérieure est de plus de 4 °C et qu’il n’y a pas de neige au sol.

Comment se protéger ?

Si un travailleur effectue des tâches à l’extérieur, à proximité de secteurs boisés ou de hautes herbes, il doit porter des vêtements recouvrant la peau et de couleurs claires pour qu’il soit possible de mieux repérer les tiques. Également, il faut porter des souliers fermés et se munir de chasse-moustiques. Les produits à base de DEET sont sécuritaires et efficaces. Suivez les directives du fabricant pour connaître les fréquences d’application pour une protection optimale. Si possible, le travailleur doit rester sur les sentiers aménagés, dégagés de branches et de broussailles. Lorsqu’il revient d’une activité extérieure, il doit prendre l’habitude d’inspecter ses vêtements, sa peau et son matériel après chaque journée. Également, il doit prendre une douche à la fin de chaque quart de travail, afin de détecter la présence de tiques sur la peau et de les déloger plus facilement. Si vous découvrez une tique sur la peau, il faut tout d’abord se rappeler qu’elle n’est pas automatiquement porteuse de la bactérie. Retirez-la à l’aide d’une pince à épiler ou d’un lasso à tiques, en vous assurant de ne pas l’écraser. Un retrait rapide dans les premières 24 heures réduit efficacement les risques de développer la maladie. Il est important de surveiller les symptômes associés à la maladie de Lyme, survenant dans les 30 jours suivant une piqûre de tique. De leur côté, les employeurs doivent protéger leurs travailleurs en leur offrant de l’information sur la maladie de Lyme et en favorisant le port de vêtements de travail appropriés. Ils doivent également, dans la mesure du possible, aménager les lieux de travail en coupant les herbes hautes et les broussailles, en enlevant les feuilles mortes et les mauvaises herbes et en gardant la pelouse courte. Une zone tampon d’au moins 3 m doit être aménagée entre les secteurs boisés et le terrain de votre entreprise, en utilisant des matériaux tels que du paillis ou du gravier.

Rougeur de plus de 5 cm
Rougeur de plus de 5 cm
Photo : Direction de santé publique de Montérégie
Rougeur caractéristique en forme de cible
Rougeur caractéristique en forme de cible
Photo : James Gathany (CDC 2007)

Quand consulter un médecin ?

Lorsqu’une rougeur cutanée non douloureuse apparaît et s’étend sur plus de 5 cm, vous devez consulter un médecin. La rougeur initiale apparaîtra au point d’entrée de la piqûre. Si la maladie n’est pas traitée, celle-ci peut disparaître et réapparaître à un autre endroit. La rougeur cutanée peut également avoir différentes formes et différentes teintes. Elle peut prendre la forme d’une cible lorsqu’elle devient plus étendue (il s’agit du signe caractéristique de la maladie de Lyme). De plus, lorsque vous présentez des symptômes généraux comme de la fièvre, de la fatigue, des douleurs musculaires ou articulaires inhabituelles dans le mois suivant une piqûre de tique ou un travail à l’extérieur dans une zone à risque, il est impératif de voir un médecin. En cas de doute, communiquez avec Info-Santé (811) en mentionnant qu’il est possible que vous ayez été en contact avec une tique.