Adapte : prenez en charge votre confort

Sylvie, une employée de la fonction publique du Québec, règle minutieusement son fauteuil afin que le renflement du dossier épouse bien son creux lombaire,

maximisant ainsi le réglage de son fauteuil. Sylvie éprouvait continuellement des maux de dos. Grâce au support informatique Adapte, conçu par l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur Administration provinciale (APSSAP), Sylvie est en mesure de régler elle-même son poste. Cet outil offre des pistes de solutions interactives pour prévenir les douleurs chroniques qui font malheureusement partie du quotidien de plusieurs employés rivés pendant de longues heures à leur poste de travail.

La formation en ligne Adapte présente l’environnement et l’abc de l’aménagement du poste de travail en passant par le fauteuil, le clavier, la souris et l’écran. Il existe plusieurs accessoires qui ne sont pas mentionnés dans Adapte comme le mini-clavier ou la souris ergonomique verticale. Ces accessoires particuliers peuvent maximiser l’aménagement d’un poste de travail, mais ne peuvent pas convenir à tous et à chacun. Adapte se concentre uniquement sur les principes de base. « Le but du logiciel est de tirer le meilleur du matériel que vous avez déjà à votre disposition », affirme la conseillère à la prévention en ergonomie, Claire Marien, qui fait partie de l’équipe de création du logiciel Adapte.

De nombreux problèmes éprouvés par les travailleurs de bureau ont motivé l’APSSAP à créer ce logiciel. « Les gens nous mentionnaient souvent qu’ils ne savaient pas trop comment utiliser les manettes de réglage de leur fauteuil de bureau. Quant aux textes et affiches qui peuvent le leur expliquer, ils ont leurs limites. De plus, quand on commence dans un nouvel emploi, on reçoit souvent très peu d’information sur les principes de base de l’adaptation d’un poste de travail de bureau, qu’il faut pourtant connaître pour éviter des blessures », explique Mme Marien. Ce logiciel permet donc de démystifier les principes de base en ergonomie, parfois très obscurs pour les employés de bureau.

Cet outil cible d’abord et avant tout les employés de l’Administration provinciale. Cependant, Mme Marien soutient qu’Adapte peut convenir à tous les travailleurs de bureau, à condition qu’ils disposent de mobiliers réglables.

Le test des spécialistes 

Les intentions sont certes nobles, mais le logiciel remplit-il sa mission ? Trois ergonomes se sont prêtées au jeu et ont testé le logiciel pour Prévention au travail.

« Ce logiciel offre des conseils complets et bien dosés qui utilisent une méthode de communication à la page, résume Johanne Prévost, ergonome à la Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CSST.  Les réglages proposés sont clairs et bien détaillés. Il y a certainement un besoin pour un tel outil. »

« Ce logiciel permet aux utilisateurs d’être autonomes dans l’optimisation de leur poste de travail, renchérit Ghislaine Tougat, ergonome à la Direction de la santé publique de Montréal. Les images sont très compréhensibles et, en peu de mots, on va directement à l’essentiel. »

Les spécialistes interrogées ont particulièrement apprécié les illustrations explicatives. « Le visuel est très clair et convivial. Je félicite l’APSSAP pour ses efforts allant dans le sens des tendances actuelles qui préconisent l’apprentissage en ligne », commente Caroline Jean, ergonome à la Direction de la santé publique de la région de Québec.

Par exemple, pour régler la hauteur d’un fauteuil, on fait la démonstration qu’il faut se lever pour monter le siège et rester assis pour le baisser. « Ça peut sembler anodin, mais ce n’est pas nécessairement évident pour quelqu’un qui ne sait pas comment ça fonctionne », explique Ghislaine Tougat.

Encore aujourd’hui, beaucoup d’employés de bureau ne règlent pas parfaitement leur fauteuil. « J’ai remarqué sur le terrain que le support lombaire des fauteuils de bureau est souvent trop bas, ce qui peut occasionner des douleurs au bassin », remarque Caroline Jean. Ghislaine Tougat insiste d’ailleurs sur l’importance de ne pas sous-estimer les problèmes de santé causés par le travail à l’écran. « Notre temps passé à l’ordinateur grimpe en flèche. De plus en plus, nous serons donc exposés à des troubles musculosquelettiques qui peuvent être causés par le travail de bureau. »

Les recommandations des spécialistes 

Le support informatique Adapte obtient la palme d’or de nos « testeuses » en ce qui concerne la prévention des inconforts au bureau. C’est notamment pour cette raison que Johanne Prévost estime que cet outil devrait être utilisé par les employés de bureau, et particulièrement les plus jeunes. « Si un jeune travailleur a une posture qui n’est pas appropriée, il pourrait ne pas y avoir de répercussions à court terme, mais ça peut tout de même créer une empreinte dans les parties du corps sollicitées. Et en vieillissant, il peut ressentir des douleurs causées par des comportements qui datent de sa jeunesse », explique cette dernière.

Toutefois, Adapte n’a pas été créé pour remplacer le savoir-faire d’un ergonome ou d’un ergothérapeute. Son approche est globale et s’adresse au plus grand nombre. « Il peut certainement réduire les douleurs pour les problèmes occasionnels, mais les effets instantanés sont moins certains pour les problèmes chroniques », affirme Ghislaine Tougat. Johanne Prévost abonde dans le même sens. « Les étirements proposés par ce logiciel sont bien, mais ne suffiront probablement pas si la douleur est déjà présente. En cas de doute, les travailleurs de bureau devraient donc consulter un ergonome. » Évidemment, la consultation d’un spécialiste en ergonomie ou d’un conseiller à la prévention de l’APSSAP peut maximiser les chances de trouver l’origine du problème, ce qui permettra ensuite à ce dernier d’offrir des solutions personnalisées.

Le support informatique Adapte mise surtout sur des principes généraux, ce qui garantit sa simplicité et son accessibilité pour les utilisateurs. Cet outil enseigne effectivement tous les standards de base en matière d’adaptation de postes de travail de bureau, mais ne peut évidemment pas cerner les particularités de tous et de chacun. « Ce support informatique montre aux utilisateurs comment avoir un siège vraiment droit, mais certaines personnes préfèrent l’avoir un peu incliné vers l’avant », illustre Ghislaine Tougat. Cette dernière insiste sur la nécessité de bouger et de varier les positions de travail pour éviter les douleurs comme le fait déjà Adapte. « Par exemple, si vous êtes debout pendant vos conversations au téléphone, cela vous permet de reposer votre corps des positions assises », illustre cette dernière.

Somme toute, Adapte remplit pleinement son rôle en permettant de prévenir plusieurs troubles musculosquelettiques. Sa caractéristique principale est son accessibilité et sa simplicité d’utilisation. Cependant, il est nécessaire de consulter un ergonome si les douleurs persistent.

Tous les employés de l’Administration provinciale y ont accès et les compagnies privées peuvent se le procurer auprès de l’APSSAP. [PT]


Adapte 2.0 : prévu pour 2011  
Photo : iStock
Adapte 2.0 

La nouvelle version d’Adapte est beaucoup plus dynamique et interactive que les versions précédentes. Les utilisateurs profitent de la vidéo en haute définition (HD) et d’informations supplémentaires concernant, entre autres, le réglage d’un ordinateur portable au bureau et à l’extérieur du bureau.

L’interface s’adapte beaucoup plus aux besoins de l’utilisateur et permet un usage plus personnalisé. Il peut, par exemple, sélectionner la langue (français ou anglais), choisir entre un ameublement standard ou un ameublement intégré, aménager son clavier avec une tablette porte-clavier ou non, régler soit un moniteur, soit deux moniteurs, soit encore un portable avec un moniteur externe. Chaque fois, l’utilisateur est obligé de faire des choix qui influenceront le cours des explications.

Le support Adapte présente aussi certains accessoires de base comme le support à écran, la tablette porte-clavier, l’appuie poignets en gel, le repose-pieds et le porte-copie. Encore une fois, il ne fait pas mention du mini-clavier (sans pavé numérique), du clavier compact, de la souris verticale ergonomique ou de la chaise multitâches avec glissière, car ces accessoires ne sont prescrits que pour des cas particuliers.

Certains petits extras sont ajoutés comme le réglage d’un moniteur en fonction de lunettes avec foyers, le positionnement des pieds en fonction du type de chaussures utilisées (souliers à talon haut, souliers plats, etc.), la démonstration de plusieurs exercices pouvant améliorer le confort du travail de bureau.